LES ACCUSATIONS INJUSTES ET DEPOURVUES DE PRINCIPES DIRIGEES CONTRE LE PCV

Document Type: 
Collection: 
Document Number (FOIA) /ESDN (CREST): 
CIA-RDP82-00457R007400310010-9
Release Decision: 
RIPPUB
Original Classification: 
K
Document Page Count: 
63
Document Creation Date: 
December 15, 2016
Document Release Date: 
September 16, 2000
Sequence Number: 
10
Case Number: 
Content Type: 
REPORT
File: 
AttachmentSize
PDF icon CIA-RDP82-00457R007400310010-9.pdf2.93 MB
Body: 
Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 I 25X1 LES ACCUSATIONS INJUSTES ET DEPOURVUES DE PRINCIPES DIRIGEES CONTRE LE PCY Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 LES ACCUSATIONS INJUSTES ET DEPOURVUES DE PRINCIPES DIRIGEES CONTRE LE PCY Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Les accusations injustes et mensongeres qu'of continue de propager avec frenesie duns la, presse communiste du monde entier ainsi que daps la presse ties pays democratiques contre les dirigeants du Parti communiste de Yougoslavie et, en fait., comme nous le montrerons plus loin, contre nntre Parti tout entier, noire classy ouvriere et nos peuples, exigent 1'elucida-. tion de certa:nes questions impo?rtantes que nous sup- posons etre insuffisamment claires A un nombre con- 9ideraible de nos lecteurs. Celia est necessaire aussi pairce que cets questions ont ete, au moins i+ndirecte- ment, agitees par la >Pravda< de Moscou, dains son nume,ro du 9 septembre dernier, ?dans lequel a pare 1',article )~Ou le nationalisme du groupe de Tito mene la Yougoslaviec. Cet article par Iui-meme n',aipporte Tien de nouveau A la campagne menee contre notre pays, et c'-esit pourquoi nous ne nous sommes pas hates d'y r6pondre; is n'est pas noire but meme maintenant, quoique les auteurs de Particle qui font entre autres choses, signe C. C. (ce qui. a ete inter- prete A juste raison comme voulant signifier: ComM central din Parti communi,ste (bolchev.ik) de l'URSS), aient eu le 4essein de donner une base au moins en apparence ideologique et de principe A la campagne monstrueuse - qui en etait deja -arrivee A une impasse - dirige.e contre notre Parti et contre notre 'pays. Nous traiiterons pour cette fois de 'troits themes: 1. - Sur le pn,aitionafismec -de's ~dirigeants du Parti communiste de Yo.ugoslavie et ~du Parti communiste de Yougosta,vie lui-meme, et sur 1'>>,internationalismet de ceux qui les critiquent; 2. - Qu'est-ce qui se dlis- siimule derriere les inventions sur le passage de la Yougoslavie,dans le camp imperialiiste; 3. - Les chefs et le Parti, les chefs et le people. Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 1. SUR LE ,,NATIONALISME" DES CHEFS DU PARTI COMMUNISTE DE YOUGOSLAVIE ET DU PARTI COMMUNISTE DE YOUGOSLAVIE LUI-MEME, ET SUR L'"INTERNATIONALISME" DE CEUX QUI LES.CRITIQUENT Le reproche le plus >serieux< reitere, sous cent formes differentes it est vra'., contre les ,dlrigeants du Parti communi+ste de Yougoslavie, vise leur pre- tendu natironalisme. Dans Particle mentionne de la -Pnavda< de Moscou, et en general, on prend comme argument le plus serieux a l'a!ppu:l de ce reproche, comme npeche essentielkc ainsi qu'il est dit dans Ia >Pravid'a< le refus du Comite central du Parti com- muniste de Yougoslavie de ven'r prendre part a la session du Bureau d'Information de certains pairtis communistes. Ce faisa.nt, on passe sous silence les raeGons qui ont amend le Comite central du Parti commun.iste de Yougosla,vie a refuser de venir pairti- ciper A cette session, ra'sons qui resident, comme on sail, dans les accusations contenues dans les lettres Bien connues du Part! co,mmuniste (bolchevik) de I'URSS. On salt tout aussi Dien que l'accusation de iiationalusme a ete pour Ia premiere fois formulee daps la lettre du Parti communiste (bolchevik) de 1'URSS du .22 mai 1948, qui eitait en fait une reponse A la lettre du Comite central du Pairti commun'iste de You- goslavie du 17 mai 1948 pair laquelle etadt signifie le refus d''envoyer des representants -du Parti commu- niste de Yougoslavie a la session du Bureau d'Infor- mati-on. De quelque maniere qu'on veui4le I'interpre- 4 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 ter -1'accusation de nationalisme a. ete portee pour la premiere fois a propos du. refus du Com!iite central du Parti com,mun,iiste de Yougoslavie de venir parti- clper a la, session du Bureau d'Infornation sur. la base etablie par les accusations injustes et non veri- fiees contenues ~dans les lettres du Comite central du Parti communiste (bolchevik) de l'URSS. Tout lecteur consciencieux des idocuiments pu.blies peu,t s'en assurer. Sentant, la un terrain peu soli,de, nos critiques 4t par-mi eux la >Pravda< de Moscou, ont r,'nve!nte maintenant, sans pouvoir fournir aucune preuve a 1',appul, que ce pretendu na,tionalisme s'etai-t mani- feste it y a dejA un an. Quart aux raisons qui ont su.scite ce >nationalismeo:, ce "grand peche , c'est-a- dire la non-partt,cipation des represe.ntants du Comite central du Parti com-muniste de Yougoslavie A. la ses- sion du Bureau d'Information (car cette abstention est jusqu'a present la seule preuve de nationalisme qu'on fournisse), on ?ne les mentionne point dans les Y-critiquesc d'a present, comme si rien n'etait survenu preadablement -daps les relations entre le Comite cen- tral du Pa,rti communiste ~de Yougoslavie et les diri- geants d.',autres partis communistes, comme si le Co- mite central du Parti commundste de Yougoslavie avait decide soudainement, et ;sans aucune raison, de refuser de venir participer a la session du Bureau d'Information. 11 va de soi que si le Comdlte central du Parti com- muniste de Yougoslavie avait, en de,ho,rs de touter serieuses raisons de principe, refuse de venir parti- ciper a la session du Bureau d'Information - cela surait ete du nationaildsme, cela a-urait ete une deviz- tion very le naitionalisime. Mais le Comite central du Patti commundste de Yougoslavie ne s'est pas decide sans mdre et ample reflexion a cet acte grave, lourd de responsabiltes. I1 n'y a ete amend par aucune raison naltionaliste. C'est ce qui est, d'aiileurs, facile a prouver. Ce sont les accusations du Comite central du Parti communiste (bolchevik) de l'URSS qui sont venues tout d'abord (trotskysme, espionnage, poli- 5 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 tique antisovietique quotidienne du Comite central du Parti communiste de Yougoslavie, pant fait aux impe- rialistes, faveur exceptionnelle accordee a l'ambassa- deur des Etats-Unis en Yougoslavie, transformation du Parti communiste de Yougoslavie en un parti sectaire et bureaucratique de koulaks, dissous dans le Front populaire, portes du Parti et de l'appareil de 1'Etat ouvertes aux parents du bourreau Neditch, autres accusations 'similaires et ainsi de suite). Le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie avait propose an Comite central du Parti communiste (balchevik) de I'URSS d'envoyer en Yougoslavie ses representants pour y verifier les faits au prealable, mais le Comite central du Parti cor rauniste (bolche- vik) de l'URSS a repousse cette proposition pour le. motif .qu'il ne s'agissait point de la verification de certains faits, mais bien de divergences de principest, et que, par suite, it fallait aller devant le Bureau d'In- formation. Dans l'intervalle, tous les comites centraux des partis membres du Bureau d'Information avaient pris position sans avoir entendu auparavant un seul mot de defense de la part du Comite central du Parti communiste de Yougoslavie. C'est-a-dire quits avaient toes adopte lea position foirmulee dans les lettres -du Parti communiste (bolchevik) de .1 URSS et avaient condamne le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie sans l'avoir nieme e~ntendu. Deja con- damne sans avoir subi d'interrogatoire le Comite central du Partii communiste de Yougoslavie devait alley devant le Bureau d'Informati-an pout se de fendre contre les accusations mentionnees, Telle etait la situation dans laquelle le Comite central du Parti communiste de Yougo,slavie a refuse de venir participer a la session du Bureau -d'Information. Aujourd'hui, quand nous jetons un regard en arriere, nous voyons que cette decision du Comite central du Partin communiste de Yougoslavie a ete entierement justifiee et reguliere, qu'elle a ete prise pour des motifs de principe, des motifs communistes, et non pas nationalistes. Approved Fob Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Lorsqu'au sein de notre Part! on -a discute et analyse Iles lettres du Comite central du Parti com- muniste (bolchevik) de I'URSS et les reponses du Comite central du Parti communiste -de Yougoslavie, de m@-me que la reasolufion du Bureau +d'Informatian et la T&ponse du Comite central du Parti communistte de Yougoslavie, le refus de cedar-ci d'envoyer ses representants a la session du Bureau d'Information a ete pour ainsi dire le point unique qui a, suscite chez un certain nombre ,de camarades, insignifiant it est vrai, un doute su.r la: question de savoir si le. Comite central ~du Part-i comimuni6te ~de Yougoslavie. avait agi selon les regles. En outre, cela a ete, au sein des iparbis communisteis de certainis pays qui out pris position contre le Comite central du Pairti communiste de Yougois,lavie, l'argument le plus souvent invoque par ceux qui 'on't propage la resolution du Bureau d'Information dans lets masses communistes et celles de, sans-parties. Pourquoi done le Comite central du Parti com- muniste de Yougoslavie a-t-al refuse de venir partl ciper a la session du Bureau d'Inifor:mation? Premierement. Parce qu'il n'y avait, dans les let- tres du Comite central du Patti communi+ste (bolche- vik) de l'URSS, aucune base pour une autocritique du Comite central du Parti communiste de Yougo- slavie, pays plus que pour la discussion des questions Iitigireuses. Le Comite central -du Parti communiste de Yougoslavie :a ete accuse de choses si monstrueuses (nous en aeons me:ntionne quelques-unes) qu'aucune autocritique n'etait possible. En effet, it etait accuse de Itrahison et non de fautes. Or, les traltres sea Is peuvent avouer la trahison. Par suite, la discussion levant le Bureau d'Info:rmation devait se derouler autour du chef id'accusation de trahison, et non pas de manquements (le Comite central ~du Parti comimu- niste de Yougoslavie aurait consenti a une discussion ,sur des fautes, meme s'il ne s'en etait pas rendu cou- paible). Les ,representants !du Comihte central du Parts" communiste de Yougoslavie devaient s'asseo;ir la-bas 7 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400316010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 sur le banc des accuses (la, sentence - nous l'avons vu - await deja ete .prononcee, sans meme, que ley accuses adent ete entendus!) - non pas pour reconnaitre des fau+tes commises par le Comite central du Parti communiste de Yougosla:vie ou pour repous- ser l'accusaition -de manquements qu'il n'auradt point convmis, mais pour id.efendre ;le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie de l'accusation de trahi- son. Sans repousser la discussion sur les questions,de principes, ale Comite central du Parti communiste de Yougoslavie desirait qu'on etablit ce qui ebait exact et ce q-ui ne l'etaii?t pas, plus p ecisement encore, qu'on etablit l'inexactitude -de l'accusatidn de ?trahison (c'etait 'le lens de l'invitation faite au Comite central du Parti communiste (bolchevik) d'envoyer ses repre- sentants en Yougoslavde), qu'oin le lib8re d'accusations honteuses, entierement inexactes et montees de toutes pieces qui rendent ;impossible In discussion sur les eventuelles questions de principes. Or, on snit que cela a ete repousse, Clue toute base a une discussion de principe a ete detruite -et qu'adnsi it est devenu impos- sible au Comite central du Parti communiste die You- goslavie de venir participer a une telle session du Bureau dInformatdon. Deuxidmement. Les comiites cent:raux des partis membres ?du Bureau d'Information avaient deja pris position, sans avoir entendu le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie. Et ils n'avaient pas seule- ment pris position d'une maniere generale, mais ils avabent deja affirme, dans leurs conclusions, que le Comite central dru Parti communiste de Yougoslavie etait trotskyste, :antisovdtique, et autres choses sem- blables, (plus ou moins ce qui se trouvait deja dans les lettres du Comite central du Parti communiste (bolchevik) de l'URSS). Ainsi se trouvait de~truite la maniere de critiquer jusque la habituelle dans le mou- vement ouvrier: une critique de principes et fondee sur les faits. Personne ne conteste l'autoriite du Comite central du Parti communiste (boichevik) de l'URSS, personne ne saurait sensement vier son role passe 8 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 et present. Mais l'autorite n'est pas tout, la verite est au-dessus de l'autorite - c'etait jusqu'ioi un prncipe dans le mouvement ouvrier. En Yougoslavie, par exemple, le CoTnite central du Parti communiste (bol- chev.ik) de I'URSS disposai't d'une a.utorite plus grande que duns aucun autre pays a part l'URSS, i1 y etait Jaime plus que Bans aucun autre pays sauf l'URSS. Tout de meme, cette autorite et cet attachement n'ont pu amener les hommes a laisser de cote la veriite. Les comites centraux des partis membres du Bureau d'In- formation n'ont pas observe ces prinoipes de discus- sion an rein du mouvement ouvrier sans lesquels le mouvement ouvrier ne saurait meme se concevoir (principes, verite, caractere constructif). Its s'en sont tenus uniquement a l'autorite. Et de cette maniere aussi se trouvait detruite la base pour une discussion veritable a la session du Bureau d'Information. Le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie etait deja condamne sans avoir ete entendu; la session 'du Bureau d'Information devait donner uniquement une confirmation formelle e't gengrale a Bette con. La monstrueuse cam,pagne ulterieure de menson- ges fantastiques et de calomn'es contre ?les d+irigeants *du Parti communiste de Yougoslavie, le racolage des 'membres du P.arti communi,ste de Yougoslavie et des citoyens de notre Etat au moyen de menaces, de la corruption, de tromperies, de chantage, etc., pour les amener a se declarer en faveur de la resolution du Bureau d'Information, les tentatives de toutes sortes faites en vue de briser l'unite du Parti communiiste de Yougoslavre et d'y provoquer des luttes fraction- nelles, la plupart du temps au moyen ?d'agents - tout cela a montre que le Comite central du Pa,rti communiiste ide Yougos.lavie avait eu raison de decider qu'il n'rrait pas a la session du Bureau d'Information. L'experience a montre que les lettre!s du Parti com- muniste (bolchevik) -de 1'URSS et la resolution du Bureau d'Information, qui out, par l'absence de prin- cipes qui les caracterise, fourni la base de la mons- 9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 trueuse campaigne en question, n'ont pu servir de fondement a une honorable discussion de principes, entre camaradies. La pratique de cette campagne de calomnies et de provocations de tous genres a montre qu'il ne s'est nullement agi, a la session du Bureau d'information, ode critiquer et de discute,r, malis bien de consolider les bases de la monstrueuse campagne diffamatoire contre le Comite central idu Partii'com- muniste de Yougoslavie, campagne a laquelle le Comite central du Parti communiste de Yougoslavie n'a donne auucun motif, ni avant nip aipres la session du Bureau d'Information. La campo;gne de menson- ges, de calomnies et de provocations, qui is fait suite 'a la resolution idu Bureau d'Information, a montre que des methodes monstrueuises de lutte sont en train de s'introduire au 'sein du mouvement ouvrier, me- thodes qui sont contraires aux fondements memes sur lesquels ce mouvement s'est toujours trouve etabli, les seuls sur lesquels it peut etre base. 11 est demontre que to-us les moyens ode lutte sont devenus familiers au mouvement ouvrier, qu'il a faite sienne la >monale~K selon la.quelle tous les moyens sont bons, soi-disant. en vue de la realisation de certains buts 3,elevesnkyblesK, dont personne ne sadt rien et dont on ne dit rien a personae. Et c'est precisement le fait que le Comite central du Parti communisite de Yougoslavie n'a pas accepte de veniir prendre part a l-a session du Bureau d'Info!r- mation dans de telles conditions, c'est ce fait qui doit `servir d'argument principal (et meme d'unique argu- ment!) pour prouver son nationalisme, pour prouver que la You;gosl,a,vie s'est scindee du front de la, demo- crn tie et du socialcsme! Il est evident, sur la base de l'historique meme de tout le prob.l6me, que le refus de venir prendre part a la session du Bureau d'Informatlon ne saurait servir comme preuve du nationalisme du Comite central du Par-ti communiste de Yougoslavie. Et cependant, ninigre cela nous considerons qu'il fact etabl,ir com- ment cette accusation se presente dans la real'.te. 10 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Le nationalisme est Videologie de Ia bourgeoiie. Conside're en gtos, an peat dire qu'il a eu, coimme la bourgeoisie elle-ieme, deux periodes dens, son deve- loppement: la periode des revolutions bourgeoises et democratiques (fin du 18-ieme eit premiere mo'.tie du 19-ieme siecle en Europe), -periode au cours de la~queile le nationaliisme avait tin carectere progressiste, et la periode de l'imperialisme (fin du 19-ieme et debut du 20-ieme siecle), durant laquelle le nationaldome a perdu tout caractere progressate et s'est mue en une ideologie des forces imperialistes et chauvinistes les plus reactionnaires. Si nous consultons les oeuvres completes de Lenine, nous voyons qu'on ne peut trou- ver nulle part ?qu'il ait concu le nationadisme autre- ment que comme 1'ideolo,gie de la bourgeoisie, qui en cette qualate peat tenir sous son influence et Ia, petite bourgeoisie et les paysans. Mais cc n'est pas tout. Un nattionalisme determine, qu'il soft francais, alle- mand, serbe, croate, bulgare, polonais etc... est tou- jours l'ideologie d'une bourgeoisie determiinee, fran- caise, allemande, serbe, croate, bulgare polonaise etc... Donc, Ia. deviation vers le naitionalisme dans un mou- vement ouvr:er dolt etre inevitablement une deviation vers la politique et les aspirations d'une bourgeoisie deternvinee. Si nous regardons par exemple 1'hisstoire du mouvement ouvrier en Russie, qui fournit A cc point de vue tine rnatiere, des plus instructives, noes voyons que les deviations nat'.onali.stes y out toujours suivi Ia ligne d'une bourgeoisie determines, ukrainien- he, georgienne, inusse etc..., cc qui, bien entendu, n'exclut point la cooperation entre nationalistes de diverses couleurs contre le mouvement ouvrier re- volutionnaire. Lenine ecrivait en 1913, critiquant les >boundis- tesLe nationalisme bourgeois et l'interna.tionalisme proletarien - voila deux mots d'ordre ennemis et inconciliables qui correspondent aux deux grands camps de classe du monde capitaliste tout entier et sont 1'expression de deux politiques (qui plus est, de - 11 Approved For Release 2004/03/11 CIA-RDP82-00457R007400310010-9 I Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 deux -points de vue sur le monde) daps l.a question nationale. (Lenine - XVII, page 13'9)). Lenine consi~dere visiblement le nationalisme comme l'iddologie de la bourgeoisie (le camp de cl,asse de la bourgeoisie). Cette citation, la >>Pravdact de Moscou, ld'ans son article cite plus haut, 1'a greffee stir isal critique afin de donner une preuve du natio- nalisme du )>groupe de Titoa, quoique cette citation nip puisse servir qu'a montrer a qui appartien)t I'ideo- log e du n,ationail-isme et a qui celle de l'internationa- lisme. Il est vra:i que .la )~Pravdag a, om,is les mots >dans la question nationaleg, car la citation perdrait ainsi de son acuite contre lie Comite central du Parti communi+ste de Yougoslavie, mail de ce fait une partie impartante de la pensee de L@nine a cte amdse, celle qui exprimait avec eclat la liaison du nationa- iisme et de l'internationalisme, en taut qu'ideologies adverses, avec la question nationale et la maniere de la: resoudire. Et vodci, par exemple, ce que disait Staline en 1923: Le danger principal qui en decoule est que chez noun croft, en liaison avec la NEP et cela non pas de jour en jour mais a toute heure, lie chauvi- nisme grand-etatique, 4e nationalisme des plus endurcis qui ts'efforce d'effacer tout ce qui n'est pas russe, de rassembler toes les fill de l'administration autour de I'element russe et d'dtouffer tout ce qui West .Pais russe. Le danger essentiel reside en ceci qu'avec une telle pol:tique nous risquons de perdre la confiance des peuples anciennement oppri)mes envers le prole- tariat russe, confiance qu'ils ont acquise aux jours d'Octobre, lorsque les proletaires ruisses renvers@rent les seigneurs et les capitalistes cusses, lo,rsque les pro- ldtanres russes mirent fin a l'oppression des natLonali- tes, lorsqu'ils retirerent leurs troupes de la Perse, de la Mongolie, lorsqu'ils proclamerent 1".ndependance de la Finlande, de l'Armenie et pos@rent d'une facon generale la question nationale sur des bases entiere- ment nouvelles. Cette confiance que nous a-vons gagnee Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 alors, noes pouvons la perdre entierement si nous ne nous armons pals tous contre ce chauvinisme nouveau et, je le repete, pan-rustse, qui ramipe, informe et prive die physionomie, s1nfiltrant goutte a goutte dans les yeux et les oreilles, transformant a chaque goutte 1'esprt, l'ame entiere de nos militants de sorte qu'il peat vows arriver de ne plus etre a meme de_ les reconnaitre. Voila le danger, cam-grades, que nous devons a tout prix surmonter si nous ne voulons pas ire menaces de perdre la confiance des ouvriers et des paysans dles peuples anciennement opprimes, si nous ne voulons pas etre menaces de vodr se rompre les liens entre ces peoples et le proletariat russe et etre enfin et par cela, meme exposes au danger de voir appairaftre -des fa"lles dans le systeme de no,tre diotature. Ne Fou'bliez pas, camarades: dorsqu'avec nos drapeaux deployes nous avons marche contre Kerensky et renverse le g~ouvernement provisoire nous l'avons renveinse entre autres ch-oses, pairce que nous etions soutenus par la co;nfiance des peoples opprimes qui attenda6ent des prolebalres russes leur liberation. N'oubliez pas quelles reserves constituent les peuples opprimes qui sont ,silencieux m,ais quwir par leur silence exercent u'ne pression et deoident -die bien de chosen. Soiuvent on ne s'en apereoit pas, marls ces peoples vivent, ils existent yet nous ne pouvons pas les oublder. Oui, camara.des, it est penidleux de les oublier. N'ou- bliez point que si nous n'avions pas eu a l'arriere de Koltchak, de Denikine, de Wranguel et de Youd.enitch ceux qu'bn appelailt les >inorofsil'aneantissement..., a l'dtouffement de tout ce qui n'est point russet (c'est-a-dire, commie Staline le diet a un autre endroit - a l'etouffement de tout ce qui nest point georgien, azerbeidjanien, boukhare, etc.), autrement dit - a l'affaiblissement de toute dgalite politique et .autre entre les peuples. Staline dit notam- ment: 14 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 ALa deviation nationaliste est I'adaptation de la politique internationaliste de la classe ouvriere a la politique nationaliste de la bourgeoisie... La deviation vers le nationalisme est 1'expression des tenta+tives de wsa< bourgeoisie nationade... pour restaurer le capi- talisme Pravidagroupe 'de T`+to Pravda < de Moscou, ob it est dit q.ue les exploits heroiques des peuples de Yougoslavie. sont connus de tous~ on ne petit faire que ce qui a ete Wait point ete>il le- desarme en face de l'ennemi exterieurgroupe de Titogroupe de Titogroupe de Ti~tor ne veut -paint recormaitre ses fautes (car, si mteme ces fautes etailent r6elles, elles ne justifie- raient pas leurs mesure.s), maiis bien pairce que le Parti communiste de Yougoslavie, av~ec le Comite central et son secretaire general le camarade Tito a sa tete, ne? ipeut reconnaitre des fautes qu'il n'a pant corn- mises, et cela, prem;ierement, parce que c'est unconci- liable arvec la morale communiste, et deuxiAmement, parce qu'il ne s'agit point de l'aiveu de fautes quel- conques, mais qu'il s',agit d'avouer le crime de trahison, :30 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 de renoncer a la revolution -que les peoples de You- goslavie ont accomplie, avec l-eur ciasse ouv.riere . a leer tete, sous la condu^.te de ce meme Comite central, de renoncer au Plan quinquenna.l, de renoncer a une 6&fication socia!liste dams laquelle sont incorpoirees les masses laborieuses de Yougoslavie, dont les effec- tifs ;se chiffrent p,a,r milio.ns. Mais cela equivaudrait a provo,quer un chaos total en Yougoslavie. Cela equivaudrait a vouloir pr.iver les peoples de Yougo- slavie des pages les plus brillantes de leur histoire, cel.a equiva.ud,rait a abandonner la lutte que Iles masses laboni'euses de notre, pays menent, a lay sueur de leur front, pour un avenir meilleur. A cela ne pourraient consentir que des hommes decides a trahir la, cause de la classe ouvriere et du socialisme en Yougoslavie, des hommes qui n'ont aucun rapport ni avec la conscience de parti ni avec le communisme. Ce n'est pas le Comite central du Parti commu- niste de Yougoslavie qui isole la Yougoslavie des pays democratiques, mais bien les dirigeants de ces pays qui, se servant du pretexte errone que le Comite central du Parti communiste de Yougosla-V.e ne veut point reconnaitre ses fautes, isol.e-nt to Yougoslawie. Ce n'est nullement par hasard si des maintenant, tou- tes les offenses que les imperialistes infligent a la Yougo,slavie, de meme que les entraves que 1'on apporte a son libre developpement (les plus recentes provocations grecques a la frontiere yougoslave, le rejet de la demande des visas pour les jo;rn,ailistes youlgosllaves qui devaient asssster a ]a troisieme Assemblee generale des Nations Unies, les attaques prnovocatrice,s de la propagande, etc.), si tout cela est passe sous silence par la :presse communcste et l,a presse des pays democratiques. Cette presse s'est mise elle-meme daps une situation absunde en affir- man~t que les dirigeants & Parti communiste de You- goslavie ont remis le pays entre les mains des ~mpe- rialistes, de telle sorte qu'e'ue ?doit aujourd'hui se solidariser iimplicitement on ouvertement avec ies imperi.alistes contre l.a Yougoslavie. Tout autre est Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 le cas de la Yougoslavie et de sa presse. Sans hesita- tion notre pays est reste fidele A la l;igne antiinipe- rialiste; it en est de mime de notre presse qui ne rap- porte au suet des pays democratiques que ce qui est exact et se solidardse constamment avec eux jusque dans les plus 'petits idetails. Voila comment se presentent aujourd'hui les faits, relativement a la question -de savoir qui dsole reelle-m-ent la Yougoslavie. En declinant 11a responsabilite du prejudice que la Yougoslavie pourratit subir en raison de semblables relations, 1?es dirigeants des pays democratiques exer- cent de la sorte une pression morale sur les peuples de Yougoslavie en vue de les amener a renverser de Comdte central actuel, sans quoji disent-ils, leur pays restera seal en face des imperialdstes, et petit comme ii est,, it sera bientot englouti. Voila 1'.-.attitude de principec de nos critiques! Cette >logique< peat agir sur des instigateurs de panique, sur des laches et sur des opportunistes de ,tout acabit, qui ont peur des difficultes, qui ont peur pour le >!sort du pays< (en fait pour eux-memes!), qui seraient prets a vendre et le Camite central du Parti communlste de Yougo- slavie et le Parti communiste de Yougoslavie lui- meme, meme si ceux-ci ne sont point' coupables, pourvu seulement qu'an dear garan,tisse la pa-ix et la tranquill te. Mais ces hommes-la sont rares et la classe ouvriere, le people, ne peuvent jamais etre oppo7-- tunistes et laches ssi leaps chefs ne le sont point... Le sort de ? la Yougoslavie est dans la lutte de ses masses laborieuses pour 1'edification.du socialisme, et nulle part ailleurs! A premiere vu.e, le calculi que font nos critiques sem-ble reel. Mais a premiere vue seulement! Avant tout, le Pairti communiste de Yougoslavie est un Parti du type boichevik; it a passe par la longue et dure ecole de 11l1egalite et de lea lutte armee. Il n'a peur ni des difficultes' nd des situations difficiles. Ensuite, la clesse ouvriere de Yougoslavie, elle aussi, a passe par In dare ecole de la lutte armee. Et, enfin, 32 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 les peuples de Yougoslavi.e ont eux aussi, souve.ntes fois dans leur hi-stoire, et surto-at an eours de la der- niere guerre, passe par la duce ecole d'une lutte a mort, et its n'ont pear de men. ll est impossible d'intimider, de demoraliser noire Parti et nos masses laborieuses, it est impossib.le de detruire en eux la foi daps leurs propres forces et Bans le ?mouvement ouvrier international, 11 est possible de les convaincre d'une chose exa.cte, mais non pas de les effrayer. Et ce qui -est le plus important, ce callcul est depourvu de tout fande'ment reel, et cela polar les raisons si vantes: Premierement. La question de savoir si la You- goslavie passera au -camp ;imperialiste, depend tres peu ou pas du tout de ceux qui la critiquent, -de leurs ra,contars et de leer attitude. Cella depend de ses diri.geants et de son Parti communiste, cela depend de sa classe ouvriere et die ses masses labarFeuses. L"affirmation gratulite que la Yougoslavie est !passee ou va passer dains le camp des imperialistes - n'est rien d'autre a ce point -de vue qu'une affirmation et une calomnie gratultes qui se retournent co'ntre ceux-la meme qui les aivancent. C'est 'la realite qui decide. Or, la rea.lite panic un tout autre langage, et elle le iparlera avec une energie toujours plus grande. II seruble qu'il est devenu p.arfaitement clair m@me a nos critiques que, chez les diriigeants de la Yougosiavie, it n'y a et it ne peut y avoir aucune hesitation quant a ]a sauvegarde de l'independance de la Yougoslavie contre les imperialistes, quant a sa solidarite avec.les forces du socialisme. Autrement, comment expliquer le fait qu'ils se comportent envers la. Yougoslavie, en tart qu'Etat, beaucoup plus mal qu'envers n'importe quel gouvernement capitaliste? Les ,dirigeants ides pays democraitiques craient, sem- be-t-il, que tout leur est permis envers la Yougoslavie ocial:iste, ,meme ce qui ne leur vient pas a i'idee de faire envers les pays capita-listes et leurs gouverne- ments. Un caimarade a di,t avec esprit qu'il aurait falilu repondre en ces termes aux notes des Gouvernements 3 33 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 hongrois et ?roumain: - voila, c'est vraFF, nous sorn- mes devenus, comme vous le dite~s, un gouvernement reactionnaire et bourgeois du type du cabinet de Gasperi ou du Gouvernement turc, et nous vous prions en consequence d'etabli'r aver noun des relations cor- rectes. Les dirigeants des pays democratiques, ipre- cisement parce qu'ils savent que la direction du Parti coanmuniste de Yougoslavie se tient fermemient sur les positions de l'antiimvperialisme, precise1ment parce qu'ils savent fort bien que la Yougoslavie ne recoil et. ne peut recevoir aucun appud de la part des Etats +intiperialistes, semblent mediter de leur cote d'isoler la Yougoslavie, de la mettre dans une situation inter- nationa.le difficile, de 1'exposer a la pression des imperial,istes, d'aiffaiblir adnsi en elle le moral des curnmunistes et des masses laborieuses et ode les sou- lever contre leurs dirigeanits actuels. Quels rapparts de telles intentions peuvent avoir -aivec le communisme et. quels sont ceux qui favorisent ici les impenialistes et qui affaiblissent le front du socialisme et ide la democrattie - c'est ce qu'il n'est pas di.fficile de voir. Mais comme on le voit it ressort de tout cela que ce ne sont pas les dirigeants du Parti communiste de Yougoslavie qud conspirent avec les imperialistes, que ce n'est pas leur faute si d'autres 2solent la Yiou- gosi.avi?e, en raison ~de leuns calculs propres, et que l'lisolement de la Yougoslavie ne s'effectue pas parce que le Comite central du Parti communiste de Yougo- ,slavie se refuserait a reconnaitre certaines fautes, mais bier parce que cela repond aux intentions de ceux qui sont -em train de Vi,soler. Les dirigeants du Parti communiste de Yougo- slavie ne seradent responsables que idans deux cas: premierement, s'ils affaiblissaient les relations. de la Yougoslavie avec les pays democratiques (ce (lu'ils ne font en nien); et deuxiemement (et ceci est plus important), s'ils se mettaient d'accord avec les irnperialistes contre 'l'!independance de leur pays ou d'autres pays (ce qu'ils ne font point et ne peuvent pas faire). Pour tout le reste, ce sont d'autres 34, Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 qui sont responsables. Mais it ne depend 'meme pas d'eux que la Yougoslavi-e passe dans le camp imperia- lis~te. Cela depend en premier lieu de la Yougoslavie elle-meme. Or, it existe dams son sein des forces si ?puissante~s, avec le Comite central du Parti commu- nike a 4eur Mete, qu'elles peuvent aujourd'hui empe- cher facilement toute tentative -des elements capita- listes dans ce sens. Deuxiemement: Le passage de la Yougoslavie dans le camp em~peria+liste serailt ipossible uniquement dans le cams ou les elements ca~pitalistes grandiraienrt et se,renforceraientdans ,le pays, ou des rapports entre leis classes se modif.ieraient dans de sens d'un renfor- cement -des positions de la bourgeoisie, c'est-a-dire ta+u cas ou it ne se poursuivrait point en Yougoslavie une lutte tenace et quotidienne pour la transforma- tion socialiste. La lutte pour le socialisme sur lie front interieur est incompatible avec une politique etram- gere de subordination du pays aux ,imperiailistes. La question de la luitte pour 1'edification du socialisme en Yougoislavie est da question fondamentale, touter les autres questions lui sort ssu!bo.rdonnees et en derivent. Si le Parti communiste de Yougoslavie deve- loppe et mene avec une volonte inebranlable, as la tete de sa classe ouvriere et des masses laborieuses de la ville et,de la campagne le combat pour 1'edcfication du socialisime, actors l'accusation selon laquelle nous serl'ons passes dams le camp imperialiste tombe et doit tomber d'elle meme. Cest preciisement lay question de savoi,r si on mene en Yougosdavie une lutte conse- quente et tenace pour l'edification du socialisme, quit est le criterium pouvant determiner dans quelle mesure Sant exactes les accusations de noes critiques. Vodda -la question qud decide de stout et fournit la re- ponse a tout, on a presque tout, et autour de laquelle les communistes de Yougoslavie rassemblent aujour- d'hui toutes les forces populaires en reduisant a neant, par leurs succes dans l'edl fication du pays, toutes les accusations de ceux qui les critiquent. Les indices ide notre edification economique sont en meme temps 3* 35 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 dans un certain sens les indices de lay justesse de la politique de notre Parti et de la faussete -des accusa- tions de nos critiques. Troisiemement: Ord'nairement, nos critiques trai- tent de Ia question idu passage ode 11a, Yougoslavie dans le camp imperialiste d'une facon stereotypee. Its ,pro- cedent comme des routi;niers qui ne peuvent jamais se liberer des analogies historiques et d'ha~bitudes inve- terees. Its savent fort Bien que les deviations de Trotsky ou de Boukha,rine de la ligne du leninisme des out finalement amenes par une pente inevitable au service des imperthalistes. Its save.nt aussi fort biers que la logique du developpement conduit ineluctablement vers l'ennemi de classe ?tous ceux qui abandonnent les principes du marxisme-leninisme. Its savent que toute deviation naitionailiste conduit irrevocablement a la bourgeoisie, a l'imperialisme, a la restaurat'on du ca,pi'ta.lisme. Its s~awent enfin que tous des con41:its au sein du mouvement ouvrier ne se produisent pas en taint que ,phenomenes isoles, en dehors, des rap- ports de classes dans le monde et 'daps certains pays, en dehors de lay lutte des forces democratiques contre les forces i~mperialistes, mans precisement dans le cadre et sur la base de cette 4utte. Et d',apres cela, par habitude, i.-Is penisent - celui qui n'est pas >>avec nous< doit etre obligatairement contre nous. Or, cette methods analogiique est en general incorrecte et, surtout darns ce cas concret, inap,pli- cable a la Yougoslavie, ipa,rce que precisemenit it ne s'agit en Yougoslavie ni de revision du marxisme- leninisme, ni de nationalisms, mais bien, comme nous l'avons deja fallit observer, de l'opplication concrete du marxisme-leninisme a ses conditions particulieres, ce que ses critiques ne veulent pas du tout com- prendre. D'apres ces analogies historiques, nos >de- viations,K presentes sont compairees ..aux deviiaitions menchevistes de la periode qui, a suivi 1'echec de la revdlut'lon de 1905 en Russie. En se basant sur de telles eet similaires analogies on aiffirme de rmeme que la lutte de Liberation nationa'le de Yougoslavie '36 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 qui a ete, en fait, une revolution d'oou sort sorts le nouveau pouvoir du peuple travailileur et son armee reguliere - n'e:st rien de nouveau, les Espagn-ols ayant fait Il y a 140 ans l'application de la guerre partisane! Selon de teddes et similaires analogies hs+toriques, s'il existait vraiment en You+goslavie des dirigeants enclins au nationalisme, in Yougoslavie se trouverait duns l'obligation, soit de des renverser, soft de passer au camp des imperial,istes. Ma+is, comme it arrive d'habitude chez nos critiques, it mainque a ces analo- gies, pour etre exactes, une > baga+telle Pour une p)aix durable, pour une democra+tie p.opulaire >bourreau politique terro- ristegroupec, >>fraction,duplicite a bon marche>expediti'on reactionnairerepresailles etendues, a des arrestaitions et a des assassinats,de communistes et de non-eommunisites< (la note du Gouvernement hongrois dit, elle aussi, que plusieurs personnes ont ete tuees!). Comment les falits se present-ent-ils done dans la realite, ,puitsque la )~Pravda< nous oblige a en ~parler? Nous sonumes certains que l-es re.presen- tants sovietiques savent exiactement jusque dans les details, que Arso Yovanovitch a ete tue la nut par un milicien qui garda,it la frontiere et qui avant, au prea- lailble, essuye ale feu ide son revolver. Et bien que cela soit connu des representants sovietiques, la xPravda< porte ce traitre Faux nues et fait des allusions a urie pretendue premeditation de son meurtre (ce que d'autres ont asance ouvertement). Personne, en You- goslavie, n'a ete tue a lea suite du litige entre le Comite central du Parti communiste de Yougosilavie 40 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 et le Comite central du Parti communiste (bolchevik) de 1'URSS. Donc, personne, - et voila ce qu'd1 en est de leurs >assassinats en masse de communistes et de non-communistes). Pour ce qui est des arrestations en masse, environ 50 personnel ont ete arretees ~et cela parce qu'elles s'etaie'nt livrees a une activite destructrice contre le Parti et contre 1'Etat, en essiayant de voiler cette activite sous le couvert de leur adhesion a la resolution du Burmu.i d' Information, et non pas parce qu'elles >avai-ent exprime des doutes sur la probite du groupe natio- naliste de TiitoPravda< se croit-elle abligee d'inventer que noes avoins tente de couvrir de boue le Parti communilste (boichevik) d& 1'URSS et les autres partis? Elle n'a pas besoin de aela pour justifier ?ses expressions a notre adresse telles que >>terreur hitlerienne Bien intentilonnee -et empreinte -de camaraderie Pravda< reste fideie a son affir- mation selon laquelle elle cons7dere le's peuples de Yougoslavie comme ses allies; quant a nous, nous ne doutons meme (pas que notre Comite central, avec le camarade Tito a sa tete, demeurena fidele a tout ce qu'il a atlfirme, que le Comite central et !le cama- rade Tito ne seront jamais ebranlels dans 'leur lutte Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 pour 1'Mificati-on du socialisme en Yougoslavie et pour l'ind6penda ice de ses peoples. Par leurs inexactitudes et leurs inventions, nos critiques ne font que convaincre noes masses que le Comite central du Parti communiste de Yougostavie a raison. La pratique, qui a toujours ete, qui est tou- jours et qui resters touj,ours le criterium de la verite, est si puissamment et si evidemment contraire auk affirmations -de nos critiques, que leurs cris d'alarme sonnent creux en Yougoslavi,e, et qu'ils n'y rencon- trent aucun echo chez les hommes vivants qui edifient sans peur et sans hesitation leur patrie socialiste et leur meilleur evenir. 42 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 3. LES CHEFS ET LE PARTt, LES CHEFS ET LE PEUPLE Noes criiitiques, apr@s avoir subi un echec complet dans leer action en vue d'alffaiblir. puisqu'ils ne peuvent pas la briser - l'unite du Parti commu.niste de Yougoslavie et d'ebranler les masses laborieuses de Yougoslavie, essayent maintenant de sepa+rer du Parti et du people, les dirtigeants du Parti. Nous pouvons certifier d'aviaince que cette ma- noeuvre essuiera :un insuccPs complet. Et cela pour les raitsons que nous allons enomerer. Tout Tabord, toute separation entre les chefs et le peuple, entre les chefs et le Parti, Bans le cas de la Yougoslavie, est basee sur des, faits imaginaires, con- trouves, sur ce que desireraient ceux qui veulent cette separation, et non pats sur des rapports sociaux :reels. Dans ce cas-la aussi, la ~methode des analogies historiques a ete mice en oeuvre. Sachant que les communistes ne peuvent hair ale people, qu'il faut separer le +peuple de ses chefs et que cette tactique rapporte des succes politi'ques - nos critiques vou- draient agir aussi de lea sorte Bans le cas de laYougo- slavie. Mais ce fadsant, ails oublient ce qui est fonda- mental, a savoir que cette tactique est bonne et utile lorsqu'il s'agit des pays capitalistes, -des Etaits bour- geolis et des dirigeants de ipartis bourgeois, tandis que, lorsqu'il s',agit d'un pays socialiste, de dirige.ants de Parti et d'Etat communistes, cette tactique doit inevi- tablement subir un echec complet. Pourquoi, ladite tactique des communi1stes est- elle correcte damns le premier cats, et ne Pest-elle point Bans le second? 43 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Dams le premier cas, cette tactique est justifiee et correcte et doit apporter des resultats positifs, parse que cette separation (ou differenciation) des dirigeants id'avec le peuple est basee sur lay lutte de classes, sur la differenciiati.on -de classes entre la classe ouvriere - c'est-a-dire les masses laborieuses - et la bourgeoisie regnante. Precisement parse que cette separation est basee sur la differenciation reelle qui existe dans la production, daps les rapports de produc- tion. Ce:tte tactique communists est done ,basee sur le cairactere inevitable et legal de la lutte de classes entre les masses laborieuses et exploi-tees, d'une part, et les exploiteurs parasites, de I'autre. Elle dolt donc apporter obligatoi;rement des susses a ceux qui en font usage. Dans le second cas, cependanrt, cette tactique doit obligatoirement subir un echec precisement parce que nos critiques l'appliquent de la meme maniere que daps le premier cas et comme s',il s'agissait du premier cas, c'est-A-dire comme si 'la Yougoslavie etait un pays capitaliste et comme s'il s'agissait d'attiser, de re.n- rorcer la lutte de classes des masses laborieuses, ayes le proletariat A leur tete, contre lia, bourgeoisie re- gnante. Dans les raipports sociaux de la Yougoslavie nouvelle, les conditions necessaires a une tel,le separa- tion (differenciation) entre le people et ses chefs n'existent pas, et c'est pourquoi cette tactique doit finalement subir un echec. C'est inevitable. La poli- tique des communistes doit etre basee sur une anallyse des rapports s,ociaux reels, sur la decouverte des ten- dances ~de developpement, et non pas sur des desirs sit des illusions. En Yougoslavie, cependanit, it existe une autre separation (ou,differenciation) qui s'effectue journelle- ment sous nos yeux. C'est la separation (ou differen- ciation) des elements capitalistes d'avec les masses laborieuses des villes et des villages, c'est la lutte des masses laborieuses pour la liquidation des restes du capitalisme dans les villes ainsi que du aapitalisme et des rapports capitalistes an village. Cette di'ffe- 44 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 renciation existe, cite ne cesse de s'approfondir aver l'accroissement des forces socialistes - des elements capitalistes se sepairent de plus en plus et s'isol'ent des masses laborieuses. Cette differenclaltion, nous devons I'apereevoir et la diriger consciemment, en raffermissant sans cesse ies forces sociedistes et en ayant constamment en vue la necessite de la victoire du socialirsme, la necessite d'une liquidation complete du capitalisme. Nos critiques repondront, cepeindant, que leur tactique est basee sur ce second genre de dif erencia- tion en You?goslavie, c'est-a-dire sur la 'separation entre elements capitallistes et socialistes. Mais, en ce cas la, ids ne disent point la verite. Car alors, comment expliquerr les succes des masses laborieuses Bans la butte pour Ia renovation et l'Mification du pays sur une baise socialiste? Its diront de nouveau: le peupl.e, le peuple est bon, le peuple travaille, mais ce sont les chefs qui. ne valent rien. Voila le comble de l'absence de principes et de l'absurdite! Comme si le peuple pouvadt mener avec succes la grande lutte pour l'edification du socialisme - aver des chefs qui seraient des traItres et des capitalistes. Le criterium de I'ine- xactitude de la >.critiquere de nos contempteurs se ramene precisement.a savoir si-oui ou non, les forces soci,aliistes augmentent chez nous de jour en jour? (elles augmentent indubitablement); daps le premier caps (si ces forces augmentent) - ce sont eux qui ont tort, et duns le second (psi ces forces n'augmentent point) - c'est nous qui aeons tort. Done, c'est justement parce qu'ils Wont pas aperqu quelles forces re;presentent et quelles tendances expri- ment nos dirigeants de Parti et d'Etat (c'est-a-dire ceux qu'on appelie >>le groupe de Tito>groupe de Tito< est auj-ourd'hui une. fraction dans le Parti - sont ri-dicules,.cependant que derriere elles se dissimule en fait une tentative visant a justi- fier et a legaliser l'activite des,fractionaiistes de tous genres, qui, inspires - et merles par >>ceux qui noun critiquent>Le simple fa;;1t de poser ? la question: 2~dietature du Parti ou dictature de classe? Dictature (Parti) -des chefs ou dictature (Parti) des masses? temoigne d'une confusion d'ideles incroyable et sans issue. Les gems se hatent d'inventer quelque chose d'extraordinaire etdans leur ardeur de sagesse deviennent ridicules. > Tonut ie monde snit que les.masses se divisent en classes; - qu'opposer les masses aux classes n'est Approved Fur Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 Approved For Release 2004/03/11 : CIA-RDP82-00457R007400310010-9 possiible qu'en opposant l'enorme majorite, non dif- ferenciee par s.a: position dans l'ordre social de la production, aux categories qui out une position parti- culiere dans l'o-rdre social de da production; - que les classes sent 'ordinairement et dans la plupa'rt des cas - du moins dans les pays civilises d'aujo,urd'hui - menees par des pattis; - que les partis -polti- ques sont diriges par des groupes plus ou moins fermes composes de personnes les plus autorisees, les plus influentes., les plus experim.entees, portees par l'election aux fonctions les plus res;ponsables et que d'on appelle des chefs